À propos

Fiche d'identité
Nom : 
BERNARD
Prénom : 
Alain
Date de naissance : 
Dimanche 1 Mai 1983
Lieu de naissance : 
AUBAGNE
Spécialités : 
50 et 100 NL
Clubs : 
CERCLE NAGEURS D'ANTIBES
Taille : 
196
Poids : 
90
Entraîneur : 
AUGUIN Denis
Principaux titres

Jeux olympiques 3 Or, 1 Argent, 1 Bronze

Ch. du monde grand bassin  2 Argent, 3 Bronze

Ch. du monde petit bassin 1 Or

Ch. d'Europe grand bassin 4 Or, 2 Argent, 1 Bronze

Ch. d'Europe petit bassin 3 Or, 3 Argent, 2 Bronze

 Voir tout le palmarès

Le suivre

46.94
detenteur du record de France du 100 NL

Biographie

Alain Bernard, cœur de champion

Champion olympique de l’épreuve reine en 2008, Alain Bernard restera comme l’un des plus grands sprinteurs de l’histoire de la natation tricolore. Un athlète hors normes qui a toujours entretenu un lien particulier avec les supporters français.

Alain Bernard n’est pas du genre à ressasser ! Alors quand on l’interroge sur l’année 2008, il sourit, croise les bras sur son large torse et prend une profonde inspiration : « C’est étrange, j’ai plein de flashs, mais tout est un peu confus. Ce qui est sûr, c’est ce que se sont de très bons souvenirs ». Double champion d’Europe à Eindhoven (mars 2008), avec trois records du monde à la clé sur 50 et 100 m nage libre, puis champion olympique de l’aller-retour dans la foulée à Pékin, Alain Bernard a atteint en six mois l’Everest du sport mondial !

« C’est sûr que ce fut émotionnellement intense », reconnaît le colosse antibois. « Mais tout ça appartient au passé. Je ne pense pas tout le temps à Pékin. D’ailleurs, lorsque les Jeux de 2008 s’étaient terminés, j’avais dit à Denis (Auguin, son entraîneur) que mon objectif était d’être encore compétitif pour les Jeux de Londres en 2012. » Fidèle à sa parole, il l’était. Ainsi, lors des championnats de France en petit bassin à Angers (décembre 2011), le sprinter démontra qu’il n’avait rien perdu de son allant en s’adjugeant les 50 et 100 m nage libre, et encore moins de sa popularité. « C’est génial de sentir les gens derrière moi, de les voir s’enthousiasmer. Je suis quelqu’un d’assez émotif, alors ce genre de réaction me va droit au cœur. »

Mais si le public s’est depuis longtemps pris d’affection pour ce géant au cœur tendre, c’est aussi parce que ce dernier le lui rend bien. Depuis son titre olympique, Alain Bernard n’a jamais hésité à donner de sa personne, parfois au détriment de ses entraînements. « Certains jours, c’est difficile de se lever et d’aller nager », confie-t-il. « Mais je puise au fond de moi parce que j’ai la chance de faire ce que j’aime mais aussi pour ne pas décevoir les gens qui me soutiennent. » Paradoxalement, voilà certainement la partie de l’iceberg que le grand public n’a jamais discernée !

Alain Bernard a toujours été un athlète hors normes, mais il est surtout une incroyable machine à gagner qui a basé ses plus grands succès sur une détermination sans faille. Annoncé moribond aux Euro 2010 de Budapest, puis aux Mondiaux 2011 de Shanghai, le Sudiste a systématiquement fait taire les critiques en décrochant une médaille internationale (l’or du 100 m en Hongrie et le bronze du 50 m en Chine). Finalement, que retiendra-t-il de ces quatre ans de règne ? « Ce n’est pas facile parce qu’il s’en est passé des choses », souligne-t-il. « Je suis surtout fier d’avoir été compétitif tout au long de ces années. Pour un sportif de haut niveau, il n’y a rien de plus appréciable que d’être régulier dans la performance. Mais j’ai toujours été convaincu que si l’on a envie et que l’on met tout en œuvre pour atteindre ses objectifs, rien n’est impossible. Et moi, l’envie, elle ne m’a jamais quitté. »

Partenaires Officiels