Axel Reymond: « J’en redemande » | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 17 Janvier 2023 - 12:30

Médaillé de bronze sur le 1000 m des championnats du monde de nage hivernale à Samoëns, Axel Reymond était satisfait de sa compétition et espère décrocher le titre mondial dans les prochaines années. Mais le double champion du monde du 25 km n'en oublie pas pour autant l'eau libre et se projette désormais sur l'étape de sélection pour les Mondiaux de Fukuoka qui aura lieu en Martinique en avril prochain. 

Comment as-tu vécu le 1000 m des championnats du monde de Samoëns ?

J’ai bien vécu cette course. Ça a été mon meilleur 1000 m en termes de sensation mais en termes de vitesse ce n’était pas forcément ça. Je manque cruellement d’entrainement en eau froide. On n’a pas les équipements adéquats pour s’entraîner à ce niveau-là. Je visais le titre et le record du monde sans être trop prétentieux parce que je savais qu’il y avait de très bons nageurs à mes côtés. Aux championnats de France j’avais nagé plus vite que le précédent record du monde mais l’eau n’était pas à 4,8°C donc le record n’a pas été homologué. Quand je les ai vu partir, j’ai senti que ce serait compliqué. Je n’arrivais pas à me donner à fond physiquement. J’ai voulu accélérer mais je n’arrivais pas à maintenir cette vitesse. C’est quelque chose qui se travaille à l’entraînement.

Quel bilan tires-tu de cette compétition ?

Je suis satisfait parce que je commence à prendre beaucoup d’expérience sur cette discipline et j’adore ça. Mon corps développe d’autres capacités et s’adapte à cette discipline. J’ai envie de travailler encore plus pour décrocher ce titre mondial sur le 1000 m. C’est atteignable à condition de travailler encore davantage.

Ce n’est pas quelque chose qui te fait peur.

C’est quelque chose qui me plait. Je vis pour le travail et accomplir mes objectifs. Je savais que ce serait compliqué cette année d’être champion du monde mais je reviendrais encore plus fort.

Est-ce complémentaire avec ta pratique de l’eau libre ?

Je vais lier l’eau libre et l’eau glacée. C’est un bon travail mental. C’est une épreuve qui apprend à se dépasser encore plus. Il faut lutter contre le froid, la perte de technique et la douleur des membres. J’avais l’impression que ma main était un bout de bois durant le 1000 m. Mais j’adore cette sensation et j’en redemande.

Quels sont tes objectifs pour la suite de la saison ?

Désormais je vais me concentrer sur la Martinique où il y a une épreuve de sélection pour les Mondiaux de Fukuoka en eau libre (15-22 juillet). Je ne m’attends pas à grand chose même si j’espère décrocher ma qualification. Ce sera difficile car il y a beaucoup de très bons nageurs en France.

Recueilli à Samoëns par Louis Delvinquière

Le saviez-vous ?

Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade

À lire aussi

Partenaires Officiels