Léon Marchand : « Très excité par ce qui m’attendait ce soir » | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 21 Juin 2022 - 21:00

Ce jeune homme a quelque chose de hors normes. Dans l’eau, c’est une certitude, comme il l’a démontré samedi dernier (18 juin) en s’adjugeant l’or du 400 m 4 nages aux championnats du monde de Budapest (Hongrie), mais aussi en dehors du bassin de compétition. Ce soir (mardi 21 juin), Léon Marchand, 20 ans, a fait montre d’une maturité et d’une totale maîtrise de ses émotions. Vice-champion du monde du 200 m papillon (1’53’’37, nouveau record de France à la clé, ndlr), il a signé quarante-cinq minutes plus tard le meilleur temps des demi-finales du 200 m 4 nages (1’55’’75). De quoi le faire entrer un peu plus dans l'histoire de la natation tricolore. Et ce n'est pas dit que cela s'arrête demain avec la finale du 200 m 4 nages !

Mais quelle soirée de folie ?

Oui, je vous l’avais dit : j’étais très excité parce qui m’attendait ce soir (sourire)…

Pourquoi ?

Parce que je savais que j’étais capable d’enchaîner deux courses de très haut niveau. Ce soir, tout s’est bien passé. J’avais déjà un plan en tête, donc c’était plus facile pour moi d’être détendu au moment d’aborder cet enchaînement entre la finale du 200 m papillon et ma demi-finale du 200 m 4 nages. Ce qui a été le plus compliqué, en définitive, cela a été de rester concentré sur le podium du 200 m papillon alors que toute la piscine était en effervescence (victoire du Hongrois Kristof Milak en 1’50’’34, nouveau record du monde, ndlr).

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

As-tu malgré tout pu profiter de ce podium ?

Franchement, c’était génial ! Déjà, quand je suis entré dans la piscine, l’ambiance était dingue (sourire)… C’était vraiment cool, j’en ai bien profité, même si une partie de moi-même n’arrêtait pas de répéter : « Maintenant, il faut que je me calme pour aborder la demi-finale du 200 m 4 nages ! ».

Qu’est-ce qu’il y a de si excitant dans pareil enchaînement d’épreuves ?

Cela fait plus d’émotions dans l’après-midi (sourire)… Si je pouvais en faire six, j’en ferais six (rires)… Mais bon, comme je l’ai déjà dit, je suis suffisamment entraîné pour enchaîner deux courses à ce niveau de performance. Quand ça se passe comme ça, c’est toujours mieux (sourire)

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Après avoir battu le record de France de Franck Esposito hier (lundi 20 juin), tu l’égales ce soir (mardi 21 juin) puisque qu'il était le dernier Français à avoir décroché une médaille d’argent aux championnats du monde (Perth 1998) sur 200 m papillon. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

C’est énorme ! Comme je vous l’ai déjà dit, Franck, c’est un "dieu" pour moi ! Il nageait à l’époque de mon père et il a inspiré beaucoup de papillonneurs.

En quoi as-tu progressé sur ce 200 m papillon ?

Je pense que j’ai pris beaucoup d’endurance ces derniers mois (il a rejoint Bob Bowman à Phoenix depuis septembre 2021, ndlr). Ce soir, par exemple, je ne suis pas parti très vite, mais j’ai signé le meilleur retour. Après, je crois que j’étais également pas mal sur les coulées (sourire)

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Peux-tu nous décrire plus précisément cet enchaînement ahurissant en termes de logistique et d’émotions entre la finale du 200 m papillon et ta demi-finale du 200 m 4 nages ?

Après la finale du 200 m papillon, j’ai été récupérer pendant quinze-vingt minutes dans le bassin d’échauffement de la Duna Arena. Après, je me suis habillé pour la cérémonie protocolaire en essayant de rester concentré sur la suite. En descendant du podium, j’ai foncé en chambre d’appel, où j’ai eu cinq minutes pour me mettre dans mon 200 m 4 nages. C’était un beau challenge. Je suis content de l’avoir relevé et d’avoir décroché une nouvelle médaille (après l’or du 400 m 4 nages samedi 18 juin, ndlr).

A Budapest, Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir

À lire aussi

Partenaires Officiels