Florian Bruzzo: « Emmagasiner de l’expérience » | Fédération Française de Natation
Partager
Samedi 23 Juillet 2022 - 02:30

Entraîneur de l’équipe de France masculine de water-polo, Florian Bruzzo revient sur la victoire de ses joueurs (19-17) face aux États-Unis pour leur premier match dans cette Super Finale de Ligue Mondiale.

Comment avez-vous préparé ce match ?

Depuis plus de six semaines on se prépare pour cette compétition, sans disputer le moindre match officiel. Ça a été long. On a eu du temps pour travailler et mettre en place un certain nombre de choses, mais rien ne remplace la compétition. On est bien rentré dans ce tournoi et on est satisfait, mais on pense déjà à la prochaine rencontre.

La France a-t-elle désormais une identité de jeu claire ?

On travaille beaucoup là-dessus. On construit tout cela ensemble. Il est important de savoir qui nous sommes et qui nous avons envie d’être. On a envie d’être solidaire et combatif et cela implique une rigueur et une organisation. C’est un long processus, ce n’est que le début, mais force est de constater que les garçons s’approprient cela idéalement.

On a senti dès le début du match que l’accent avait été mis sur la défense.

La défense est une priorité. Aujourd’hui, nous avons encore encaissé trop de buts. On a commis des erreurs mais on a maintenu le cap grâce à notre énergie. Ce match me rappelle celui contre le Monténégro à Podgorica où l’on perd d’un but. On dépense de l’énergie alors qu’on pourrait parfois en économiser davantage. On doit progresser là-dessus. C’est une jeune équipe.

Est-ce important, dans ce cadre, d’enchaîner les matches tendus ?

On peut s’entrainer, soulever de la fonte, nager des kilomètres, rien ne remplacera la compétition, même si tous ces paramètres restent évidemment important. Pour passer un cap il faut emmagasiner de l’expérience en match.

D’autant que de nombreux matchs sont particulièrement serrés

Si tu analyses les résultats des grands tournois, tout se joue à un but, voire deux ou aux pénaltys. Ce soir, on s’impose aux pénaltys mais ce n’est pas un hasard. Ça fait deux semaines qu’après chaque entraînement on réalisait une séance de tirs aux buts.

Cette compétition revêt plusieurs enjeux. Cela change-t-il la donne ?

C’est un peu trop même. C’est pour ça que les joueurs ont ressenti beaucoup d’émotion. Ils ont envie d’être bons en France, de battre les grandes équipes, de se qualifier pour les Mondiaux. Ils ont envie de montrer que leur ambition est légitime.

L’est-elle vraiment ?

On est intimement persuadé qu’on peut atteindre nos objectifs. On ne triche pas quand on le dit.

Notre ambition de remporter une médaille aux Jeux n’est pas venue toute seule. On a beaucoup analysé les profils, les parcours, la sociologie des joueurs de l’équipe. Et on se dit: « pourquoi pas nous ? ». Le chemin est long, étroit mais l’objectif est de l’emprunter tous ensemble.

Recueilli à Strasbourg par Jonathan Cohen

Le saviez-vous ?

Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904

À lire aussi

Partenaires Officiels